La plantation du mai

Ces informations ont été recueillies et mises en forme sous l’égide du Comité culture et patrimoine de Ville de Portneuf.

À Portneuf, quand le seigneur concède une terre par contrat, on retrouve habituellement la formule suivante :

« Sera aussi tenu conjointement avec les autres habitants du dit lieu de contribuer à planter ou faire planter un may devant la porte du manoir de la dite Seigneurie au premier jour de chacun mois de may ».
Tiré du contrat de concession à François Gignac, 1684.

Tradition populaire pour saluer le printemps et rassembler les gens isolés pendant l’hiver, voici comment se déroule LA PLANTATION DU MAI.

Souvent, au lever du soleil, des hommes se rendent dans la forêt couper le plus haut sapin. Ils l’ébranchent et l’écorcent en prenant soin de conserver le bouquet à la cime (touffe de branches proportionnée à la hauteur de l’arbre).

Ils le décorent de fleurs de papier et de rubans de toutes sortes. Tous les habitants de la paroisse se joignent à eux. Ils forment un cortège pour se rendre élever ce mai devant le manoir seigneurial ou devant la maison de toute personne qu’on veut
honorer, comme le curé, par exemple. Sur les lieux, on creuse un trou profond dans lequel on descend le mai, puis on le consolide. Des coups de fusil annoncent que tout est prêt. On trinque.

Le seigneur invite tout le monde à déjeuner. Une succession de chants et de contes prolongent la fête.

(Provencher et Blanchet, référence citée plus haut)